[Petite Trouvaille #4] Les neuf enfants d’Alexis Clerc, ou les surgissements de la réalité

Une proportion importante des archives que je dépouille dans le cadre de ma recherche sur la production de la littérature sérielle, relève de la correspondance, échangée principalement entre les auteurs et les éditeurs. Certains éditeurs (Rouff à la BnF, Tallandier à l’IMEC, Hetzel à la BnF et à l’IMEC) ont laissé des fonds au volume conséquent, souvent organisés en dossiers nominatifs classés alphabétiquement. Ces dossiers permettent, lorsqu’ils ont survécu et qu’ils sont à peu près complets, de retracer la collaboration et les échanges entre l’éditeur et son écurie d’auteurs : ils contiennent (souvent en vrac) des contrats, des lettres-traités, des reçus, et une correspondance parfois minime, parfois abondante.

Alors que certains écrivains s’en tiennent strictement à des précisions, parfois très laconiques, sur l’envoi de leur copie et autres décomptes de lignes, d’autres sont plus diserts, et s’étendent volontiers sur les événements de leur vie privée, notamment lorsque ceux-ci ont un impact sur leurs conditions de travail et leur rythme d’écriture. C’est grâce à ces derniers, épistoliers bavards, que je peux reconstituer à la volée des bribes d’histoires individuelles, parfois amusantes, parfois attendrissantes, et… parfois très tristes. J’apprécie ces lettres car elles font surgir des archives, qui restent souvent très impersonnelles, une certaine forme de réalité, celle du vécu et des trajectoires individuelles.

Alexis Clerc (1841-1894), journaliste, romancier et vulgarisateur scientifique, fait partie de ces grands bavards. Le dossier à son nom dans les archives Rouff de la BnF, très épais, contient une correspondance très abondante (même si les réponses de Rouff sont hélas toutes manquantes), qui couvre une période allant 1879 à 1885. Durant ces 6 années, Clerc multiplie les projets avec les éditions Rouff :
– 1 recueil de nouvelles : Si nous causions femmes
– 3 romans : Frère Nicéphore, L’amour qui fait manger, et Aventures et voyages de Jean Soulahirol, assassin
– 3 ouvrages de vulgarisation scientifiques en livraisons illustrées : Physique populaire, Chimie populaire, Hygiène et Médecine
– la direction d’un nouveau journal lancé par Rouff, La République illustrée, pour lequel Clerc est responsable de la rédaction de tous les articles à l’exception des romans.

Très actif, Clerc ne cache pas dans ses lettres sa volonté de percer, de se faire un nom en tant que romancier. Il se démultiplie donc pour assurer à Rouff une production continue sur tous les fronts, cumulant ces engagements avec son travail d’enseignant en région parisienne, qui l’oblige à jongler constamment entre des obligations professionnelles contradictoires. On en trouve la trace dans ses lettres :

« Il m’est bien difficile, moi qui n’ai par semaine que mon jeudi tout entier pour travailler sans être dérangé, il m’est bien difficile de sortir. »
18 avril 1880

« Vous m’avez fixé rendez-vous pour le mardi 8 de ce mois : or, c’est un jour de classe, et comme j’ai eu un surcroît de travail, à cause de la distribution des prix, il me serait impossible d’aller chez vous le matin, parce que je ne pourrais obtenir de congé. »
2 juillet 1884

Clerc fait partie de ces écrivains dont la vie privée fait sans cesse irruption dans ses échanges professionnels avec Rouff. On apprend ainsi successivement la naissance de plusieurs de ses enfants, dont des jumeaux en 1883 :

« Avouez que ces bonheurs-là ne tombent que sur des têtes prédestinées ! C’est qu’évidemment j’ai été, de toute éternité, destiné à trouver un éditeur qui veuille bien me donner un grand nombre de livraisons à faire, pour que je puisse à tous donner le gîte et le couvert. »
6 février 1883

A travers les nombreuses allusions que Clerc glisse dans ses lettres, se dessine à petites touches le portrait d’un homme qui peine à assurer l’existence d’une famille prolifique, qui a compté au moins neuf enfants – une charge colossale, surtout lorsque l’on tient compte des dettes qui s’accumulent par centaines de francs, et engloutissent pendant des mois tous les profits. Dans une lettre de 1882, Clerc dresse un petit bilan des gains qu’il a réalisés grâce à Rouff, et de la stabilisation progressive de sa situation. Mais il constate également que cette amélioration a pour première fonction d’éponger ses dettes, ce qui l’oblige encore à réclamer des avances :

« Il est vrai que, – grâce à vous – je me fais aujourd’hui un petit traitement que mes modestes vœux trouvent fort convenable : j’arrive à près de 4000 francs par an. Mais il n’en est ainsi, par le fait, que depuis un an ou dix-huit mois, et auparavant – avec 9 enfants que j’ai eus, la vie était dure. Aussi ai-je dû avoir recours bien souvent à des emprunts dont je comble aujourd’hui le gouffre. Ainsi, au Mont-de-Piété, j’ai obtenu un délai jusqu’à ce mois-ci. C’est pourquoi je vous demande 1000 francs au lieu des 700 qui me seraient nécessaires, à la rigueur, pour placer mon fils. »
6 juin 1882

Cette année 1883 est riche en rebondissements, heureux et tristes, pour Clerc : après la naissance de ses jumeaux en février, derniers nés d’une longue série d’enfants, il épouse sa compagne en juillet – événement qui ne lui permet par ailleurs nullement de relâcher le rythme soutenu de la « copie » qu’il envoie à son éditeur :

« Je travaille d’arrache-pied. Je suis marié d’avant-hier jeudi, et dès vendredi je me mettais ferme au travail.
Pour les livraisons du tirage prochain, j’ai déjà 2 bois de demandés et les autres le seront avant jeudi. […] Vous voyez que maintenant vous n’aurez plus de retard. »
14 juillet 1883

Mais les choses ne s’arrêtent pas là : à peine marié en juillet, Clerc perd son épouse en août. Celle-ci était déjà souffrante depuis la naissance des jumeaux : une lettre du 8 février demandait une avance financière à Rouff, faisant valoir qu’entre les frais de médecin pour sa femme, et de nourrice suite à la double naissance, Clerc ne pouvait faire autrement que de se tourner vers lui. On trouve dans son dossier une unique lettre au sujet de la mort de sa femme :

« Et puis je pleure beaucoup, parce que je manque de tout : elle n’est plus là, et je n’ai maintenant autour de moi aucune affection, aucun soin, aucune de ces prévenances qui me rendaient la vie et le travail faciles.
Cependant croyez bien que le travail de vos publications ne souffrira pas. Je vous demande seulement cette semaine pour avoir acquis l’avance que vous désirez. »
6 août 1883

J’ai été prise d’une certaine émotion en lisant cette lettre car, même si je n’ai reconstitué la chronologie complète qu’après coup, le chagrin de Clerc m’avait touchée, et semblé palpable : moi qui ne lisais ses lettres, 136 ans plus tard, à travers mes lunettes de chercheuse, et dans l’unique but d’y trouver des éléments factuels sur son travail d’écrivain, je me trouvais tout à coup confrontée à de la réalité, qui venait surgir au milieu des considérations sur les gravures à commander et les pages de copie à envoyer.

Le cas d’Alexis Clerc n’est pas unique : beaucoup d’auteurs de mon corpus sont, comme lui, confrontés aux aléas de la vie, obligés de composer avec un autre emploi, avec la maladie, la famille… et ces événements a-historiques, qui n’ont laissé aucune trace dans l’histoire littéraire ou l’histoire tout court, ces événements de micro-histoire personnelle, ont une façon de surgir dans la correspondance qui fait tout à coup percevoir quelque chose. Jules Gros, atteint d’une affection cancéreuse de la bouche, supplie Rouff en 1891 d’accepter une réédition de son roman Noce parisienne illustrée, afin de lui permettre de survivre (celle-ci sera refusée malgré de nombreuses propositions de remaniement du roman). Marc Mario, devant la nécessité d’offrir une dot à sa fille, se voit contraint de brader la totalité de sa propriété littéraire, à l’avantage de Rouff, en 1911. On pourrait multiplier ainsi les exemples, allant du plus trivial de l’existence (la nécessité de « faire face aux obligations de fin de mois » est bien souvent évoquée) aux accidents les plus romanesques et improbables : Georges Pradel, dans une lettre du 20 mai 1908, explique qu’il souffre de dyssenterie, qu’on a failli lui couper la jambe droite, et que des nouvelles qu’il devait livrer ont brûlé dans un incendie. Il demande alors que l’on défalque les 200F correspondant de son compte, et, comme il ne peut écrire, suggère de charger un autre auteur, Maurice Mario, de fournir de la copie à sa place.

La plupart de ces péripéties du quotidien aboutissent à des demandes d’argent : l’éditeur, bien souvent, remplit une fonction qui le rapproche du prêteur sur gages ; un prêteur sur copies de livraisons, en quelque sorte. Les réponses de Rouff sont le plus souvent absentes des dossiers, ce qui ne permet pas d’établir à quelle fréquence ces demandes étaient acceptées ; mais la présence de nombreuses lettres de remerciement des écrivains laisse supposer qu’il en accordait régulièrement.

Le fait de travailler sur un corpus d’archives large, sans focalisation particulière sur un ou quelques auteurs particuliers, m’a amenée à brasser de grandes quantités de correspondances, et leur absorption presque simultanée a parfois brouillé les identités. « Mes » auteurs sont moins individualisés, sans doute, que si je travaillais sur un corpus restreint et si mes questionnements théoriques reposaient donc sur une approche plus individualisée et auctorialisée. Ces instants de lecture d’archive où, tout à coup, je vois poindre la réalité pragmatique de leur vie, leurs événements et leurs chagrins, sont ces « frange[s] avant-textuelle[s] dans [lesquelles] l’énonciateur est présent, soit comme « sujet de vie » grattant dans une marge qu’il est fatigué, amoureux, à court d’argent, etc., soit comme « sujet d’écriture » parlant de ce qu’il fait[1] ». Elles correspondent toujours à des moments forts du dépouillement, où les auteurs de ces lettres regagnent subtilement en épaisseur, cessent d’être des objets d’étude alignés pour me rappeler qu’ils étaient des personnes bien réelles.

Notes :
[1] Almuth Grésillon, Eléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, Paris, CNRS Editions, 2016 [1994], 312 pages, p. 174.

Source : BnF, département des Archives et Manuscrits, fonds Jules Rouff, cote NAF 28111, dossier Alexis Clerc.

Cite this article as: Luce Roudier, "[Petite Trouvaille #4] Les neuf enfants d’Alexis Clerc, ou les surgissements de la réalité," in Manuscrits du populaire, 05/08/2020, https://mdpop.hypotheses.org/130.

[Petite Trouvaille #3] Reptiles et Princesses.

Lors d’un dépouillement à l’IMEC, où je travaillais sur des dossiers issus du fonds Tallandier, une petite série de documents a retenu mon attention et, je dois dire, m’a fait sourire avant de me faire réfléchir.

Une partie importante du fonds Tallandier est composée de « dossiers auteurs », classés par ordre alphabétique, et contenant chacun tous les documents relatifs à un seul auteur : contrats et correspondance principalement, mais aussi reçus, notes concernant les parutions, etc. Certains dossiers alphabétiques rassemblent de nombreux auteurs sous une même lettre, lorsqu’il n’y a pas assez de documents pour ouvrir un dossier entier à leur nom. Dans ces dossiers très épais, on trouve donc pêle-mêle toutes sortes de documents d’époques variées, et qui peuvent concerner des auteurs très différents.

Je passais en revue le contenu d’un de ces gros dossiers alphabétiques, celui de la lettre G. Dans la monotonie des piles de contrats, s’est soudain détaché un petit fragment de l’histoire de la parution d’un roman. De son titre, plus exactement.

On trouve tout d’abord une copie de lettre de Tallandier, du 26 novembre 1921. Adressée à un certain monsieur Gautier, elle demande un changement de titre pour son roman, à paraître dans la collection bien connue du Livre National rouge.

« Je suis en train de mettre sur pied pour l’édition dans le Livre National, votre roman Les Reptiles. Je voudrais avoir un titre plus prenant pour des femmes. J’ai lu votre roman et je vous avoue que j’en trouve un difficilement. Voudriez-vous avoir l’obligeance de m’en suggérer quelques uns, je vous en serais très reconnaissant. »

Voilà ma curiosité piquée : quel peut bien être ce titre jugé trop peu attractif pour un public féminin ? Quel titre aura été choisi pour le remplacer, et a donc le mérite d’être jugé adapté à la cible féminine ? Et plus fondamentalement, qu’est-ce qui, dans ce roman, fait estimer à Tallandier que ce roman aurait plus de succès auprès de ses lectrices ? Ou bien s’agit-il d’une stratégie de vente indépendante du roman lui-même, et destinée à « rattraper » un public féminin moins présent dans les ventes ?

Les hasards de rangement du dossier font que cette première lettre est isolée. Je me résouds donc rapidement à laisser mes questions en suspend et à reprendre le dépouillement. Heureusement, la copie d’une deuxième lettre, séparée de la première par d’autres feuillets, vient finalement répondre, au moins en partie, à mes interrogations.

Cette deuxième lettre est datée du 17 mars 1921, et précède donc chronologiquement la première. Huit mois plus tôt, on s’interrogeait déjà, chez Tallandier, de la validité du titre originel de ce roman. Ce titre apparaît dans la copie dactylographiée : Les Reptiles. Au crayon, ce titre est barré, et dans la marge apparaît un deuxième titre : Danseuse et Princesse.

Là où le titre « Les Reptiles » évoque clairement un roman d’aventures exotiques, abondant en action et périls, le choix finalement effectué par Tallandier ne laisse en effet aucun doute : un roman intitulé « Danseuse et Princesse » séduira sans faillir toutes les femmes, puisqu’il répond à deux aspirations visiblement considérées comme fondamentalement féminines, être une princesse, être une ballerine…
Le titre précédent ne mettait pas en avant un personnage mais une promesse de péripétie haletante, une menace latente. Le nouveau titre, lui, focalise l’attention sur un personnage qui doit avoir cette double fonction : être à la fois une danseuse et une princesse – combinaison par ailleurs inhabituelle et propre à susciter la curiosité. Mais cette danseuse-princesse, ne l’oublions pas, doit évoluer dans un contexte susceptible de faire intervenir des reptiles à tout moment, puisque seul le titre a changé : d’après les bribes de correspondance qui ont été conservées, le texte du roman lui-même n’a pas été altéré. Il s’agit bien d’un simple changement de titre – d’étiquette marketing.

Après vérification dans ma liste des publications du Livre National rouge, le roman a bien été publié en 1922 sous ce titre, Danseuse et Princesse, et sous les deux noms de E. Gautier et H. Bruno (deux auteurs que je ne suis pas, pour le moment, parvenue à identifier clairement. La faute à Théophile qui parasite toutes les recherches…). J’ai donc cherché si je trouvais sa couverture illustrée, espérant qu’elle m’aiderait à mieux comprendre à quel genre de roman j’avais affaire. La voici :

Cette illustration, d’un style plutôt habituel pour cette collection, fait clairement signe vers un roman d’aventures, à nouveau, mais que l’on peut cette fois préciser : des aventures qui sont aussi bien exotiques (l’Egypte) qu’historiques (oui, mais l’Egypte antique). Le titre Danseuse et Princesse trouve dans ce contexte une explication bien plus claire : la combinaison de ces deux figures féminines s’explique sans doute par un personnage royal, impliqué dans une cérémonie religieuse spectaculaire ou un rituel dansé, comme l’Egypte antique permet d’en fantasmer. Les reptiles, en revanche, n’ont pas trouvé leur explication sur cette illustration qui ne les fait pas apparaître (si l’on excepte le bijou, bien visible, sur la tête de la danseuse). Mais à ce stade, il ne fait presque aucun doute que notre danseuse-princesse sera confrontée à une péripétie dangereuse, qui la verra à la merci des célèbres serpents symboles de la royauté égyptienne.

Toujours curieuse, je me procure le volume. Je veux voir quelle part les reptiles jouent dans l’intrigue, je veux savoir à quel point ce personnage de danseuse-princesse est important dans l’intrigue, pour avoir justifié le changement de titre et d’adresse du roman. Et quelle n’est pas ma surprise en lisant l’incipit…

Chapitre premier
Où l’on voit une momie qui lève la jambe

On donnait ce soir-là, aux « Folies-Olympiques », la répétition générale de la revue.
La salle ruisselait de lumière. L’étincellement des lustres électriques semblait se renforcer des mille feux diaprés des pierreries scintillant sur les épaules nues et dans la chevelure des belles spectatrices. De quoi éblouir un provincial fraîchement débarqué de son pays.
Mais les gens qui étaient là trouvaient toute naturelle cette orgie de splendeurs. C’étaient des Parisiens avertis, de ceux qu’on nomme en bloc « le tout Paris ».

p. 3

Toutes mes prévisions sur ce que pouvait être l’intrigue s’effondrent en l’espace de quelques lignes. Elles étaient pourtant solidement étayées par le paratexte (les deux titres successifs) et par la couverture…
L’histoire commence avec Charles Deltour, qui tient le rôle du jeune homme désargenté et sympathique de service, et qui se rend à la première représentation d’une nouvelle revue. Celle-ci a pour thème l’Egypte antique, et l’on y voit la danseuse à la mode, Mlle Ixe d’Or, danser emballée dans des bandelettes de momies, puis nue, puis en costume égyptien. Le lendemain, l’actrice fait appeler le jeune homme et lui confie un secret qui engage sa propre vie. Le voici entraîné dans une affaire d’espionnage industriel, qui dérive rapidement en espionnage d’importance cruciale entre nation, et débouche sur une guerre au cours de laquelle Charles s’illustrera dans le domaine naissant de l’aviation.

J’ai donc bien ma danseuse-princesse égyptienne, même si celle-ci est fausse et ne fait qu’une brève et unique apparition (car l’actrice se fait assassiner dès le lendemain de son entrevue avec Charles).

On était dans une salle obscure, au fond d’un hypogée, tel que les Egyptiens en consacraient aux souverains défunts.
Le couvercle du tombeau, comme mû par une force surnaturelle, se souleva lentement.
Un corps couvert de cartonnages peints de riches couleurs se dressa, puis l’armature tomba et une sorte de fantôme enveloppé de bandelettes apparut dessus, s’étira, étendit les bras ainsi qu’un dormeur qui sort d’un long sommeil. […]
Puis, peu à peu, elle déroula les longs et étroits rubans qui lui encerclaient les membres.
Seul, le buste était encore couvert.
La momie détacha un gros scarabée vert qui semblait fixer le linceul sur le haut de la poitrine et se mit à virer sur elle-même à la façon des derviches tourneurs pour se dégager de ses bandelettes qui tombèrent bientôt à ses pieds bagués de lourdes émeraudes.
La momie, ou plutôt Mlle Ixe d’Or, apparut entièrement nue.

p. 4-5

En revanche, je n’ai pas trouvé trace de mes reptiles (oui, la déception était au rendez-vous). Pas au sens littéral en tout cas : il s’agit sans doute d’une (subtile) métaphore servant à désigner les fourbes espions ennemis du roman.
Les deux titres apparaissent donc in fine tout à fait mensongers, chacun à sa manière : les reptiles qui faisaient miroiter un roman d’aventures exotiques sont absents, et si la danseuse-princesse égyptienne existe bel et bien, elle n’est qu’une apparition de théâtre, et son importance dans l’intrigue justifie difficilement son choix pour le titre…

* * *

L’histoire ne dit pas quelle était la motivation exacte de Tallandier en changeant ce titre, pas plus qu’elle ne précise qui a proposé et choisi le nouveau titre (on ignore tout à fait, les réponses de Gautier étant manquantes, quelle part l’auteur a prise à ce changement et pourquoi celui-ci a pris huit mois). J’ignore également si ce nouveau titre a bel et bien attiré un public plus féminin.

En revanche, cette petite péripétie archivistique peut permettre d’émettre quelques remarques pertinentes sur le genre, et sur le genre littéraire.
• Le nouveau titre, Danseuse et Princesse, montre bien à quel point une perception genrée du lectorat domine (déjà) dans ces années, et avec quel genre de « nuances » on pense pouvoir faire pencher le choix des lectrices. Lectrices qui ne se tourneraient pas spontanément vers un roman qui évoquera trop franchement de l’aventure « pure », mais que le même roman enrobé de paillettes et de princesses pourrait très bien la ravir.
• Soulignons, en passant, à quel point la perception extérieure que l’on construit d’un ouvrage en informe la lecture… le paratexte (textuel ou illustré), l’inscription dans une collection, dans une série, le placement à un rayon précis de librairie… tous ces éléments conditionnent l’approche que nous pouvons avoir d’un texte – quitte à créer, parfois, incompréhensions et défauts interprétatifs.
• Pour ce qui est du genre littéraire, on se retrouve dans le cas de ce roman avec un bien curieux mélange – mais qui n’est pas si inhabituel finalement, au regard de la production contemporaine. Un roman que ses titres et sa couverture présentent explicitement comme un roman d’aventures exotiques/historiques se révèle finalement être un roman contemporain, où l’Egypte antique fait plutôt figure de fantasme lointain (et permet de susciter l’image – toujours vendeuse – d’une femme nue). On obtient bien un roman d’aventures, mais contemporain, patriotique, et donc le classement serait à coup sûr « espionnage » de préférence à toute autre étiquette disponible. Danseuse et Princesse, ou comment vendre un roman d’espionnage à des femmes…?

Sources :
– IMEC, fonds Tallandier, dossier G > H, cote 390TLL/4/14.
– E. Gautier et H. Bruno, Danseuse et Princesse, Paris, Tallandier, « Le Livre National », 1922, 256 pages.

Cite this article as: Luce Roudier, "[Petite Trouvaille #3] Reptiles et Princesses.," in Manuscrits du populaire, 21/10/2019, https://mdpop.hypotheses.org/77.

NB : cet article a été publié en lien avec le carnet du collectif Les Parleuses

[Petite Trouvaille #2] Les fiches d’évaluation de Rouff

Les archives de la maison d’édition Jules Rouff (active de 1873 à 1982) sont aujourd’hui conservées à la BnF[1]. Composées de 16 « boîtes » d’archives (cette unité qui ne correspond pas à une boîte physique et peut recouvrir plusieurs cartons d’archives), elles concernent, pour 9 d’entre elles, la correspondance, et pour les 7 autres des dossiers divers (comptables, actes, baux, journaux…)[2]. Ce sont ces 9 boîtes que j’ai eu l’occasion de dépouiller en détail lors de ma recherche de corpus. Elles sont composées de documents classés par ordre alphabétique de personnes – pour la plupart des auteurs travaillant avec Rouff, quelques autres éditeurs, avocats et autres.

Dans chacun de ces dossiers nominaux, on trouve des documents assez divers : dans la plupart se retrouvent des contrats d’édition, leurs copies, et différents documents liés aux publications concernées par les contrats, ainsi qu’une correspondance plus ou moins abondante selon les cas. Tous ces documents, lorsqu’on les lit attentivement et qu’on les recoupe, donnent une assez bonne idée du fonctionnement de la maison Rouff, des relations entretenues entre l’éditeur et ses auteurs, des différentes postures auctoriales (écrivain attaché à la maison ou non, célèbre ou débutant, homme ou femme, etc). Je ne m’attarderai pas plus précisément ici sur cette vue d’ensemble, pour me concentrer sur un document précis, dont il existe 2 exemplaires dans le fonds de la BnF : les fiches d’évaluation.

• Fiche n°1 : datée de 1907, 4 pages dactylographiées, à propos de L’Hôtel de Niorres d’Ernest Capendu, complétée par Mme Humblot ;
• Fiche n°2 : datée de 1910, 3 pages à l’encre rouge, à propos de La Grande Empoisonneuse de Henry de Kock, complétée par Mme Lazary.

Ces deux fiches ont été consciencieusement remplies par les deux lectrices-test, et concernent toutes les deux des romans déjà publiés auparavant par des éditeurs rachetés depuis par Rouff (en 1893 chez Charlieu et Huillery pour Capendu, en 1872 chez Benoist pour de Kock). Il ne s’agit donc pas ici d’évaluer le potentiel succès d’une nouveauté, mais de juger de la capacité de « vieux » romans à plaire au goût du jour, et à fournir la matière d’une réédition en livraisons pour alimenter les collections de Rouff.

Alors certes, des fiches d’évaluation, ce n’est pas révolutionnaire en soi : de nombreux éditeurs en conçoivent et s’en servent comme outil de conception de leur catalogue. A l’époque de ces deux fiches Rouff, les grandes maisons d’édition employaient les services de lecteurs professionnels, rémunérés pour éclairer les choix d’édition[3] – ce qui suppose bien, en passant, une organisation rationnelle de l’entreprise d’édition. Et c’est justement sur ce point précis que les fiches de Rouff sont intéressantes : non par leur simple existence, mais pour les questions qui y sont inscrites, et qui sont le reflet de problématiques précises, liées au statut des oeuvres sérielles et populaires publiées par Rouff (qui revendiquait dès ses débuts son statut d’éditeur populaire).

Les deux fiches, absolument identiques, sont constituées de 5 sections (forme, style, genre, personnages, avis) rassemblant au total 37 questions. En voici la transcription de certaines questions :

Titre
Auteur
Adresse
Résumé par… le…

[Forme]
Nombre de lignes d’une page (moyenne de 10)
Nombre de pages
Nombre de mots d’une ligne (moyenne de 10)
Nombre total de mots
Nombre de lignes normales

[Style]
Est-il correct, clair, concis, élégant, simple, prétentieux, quelconque (biffer les mots ne convenant pas, souligner les autres, en ajouter s’il y a lieu) ?
L’orthographe est-elle correcte ?

[Genre]
Le roman est-il d’un genre analogue à un roman connu ou du genre d’un auteur connu (Dumas, Richebourg, Sue, Daudet, Jules Verne, Ponson du Terrail etc) ?
Y a-t-il de l’amour ?
Des aventures guerrières ?
Des voyages ?
Y a-t-il de la psychologie ?
Des adultères ?
De la pornographie ?
Le roman est-il moral ?
La vertu y est-elle récompensée et le crime puni ?
Au cours du récit ou seulement à la fin ?
Y a-t-il de l’érudition géographique, historique ou autre ?
Dans ce cas semble-t-elle réelle ou fictive ?
Y a-t-il beaucoup de descriptions ?
Desquelles, paysages, villes, intérieurs ?
Y a-t-il beaucoup d’action, des événements peu fréquents ou continuels ? Les mêmes événements se renouvellent-ils ?
L’intérêt est-il ménagé ?

[Personnages]
L’auteur décrit-il ses personnages chaque fois qu’il en introduit un nouveau ? Peut-on se les représenter ?
Cette description est-elle physique ou morale ? ou physique et morale ?
Les personnages ont-ils chacun un caractère bien défini, ou ne sont-ce que des individus auxquels on a donné un nom pour les distinguer entre eux sans qu’il y ait aucune unité dans la description de chaque personnalité ?
Y a-t-il beaucoup de femmes ?
Des enfants ?
Des animaux jouant un rôle ou auxquels le lecteur soit conduit à s’intéresser ?
Les personnages sont-ils sympathiques dans leur ensemble, ou les uns sympathiques, les autres antipathiques ?
Y a-t-il un personnage très marquant ?
De quelle nature ? Beau, laid, gai, comique, courageau, entreprenant, ignoble, etc ? (Quasimodo, Gavroche, d’Artagnan, Henri IV, Rodin)

[Avis]
Ce roman vous a-t-il plu à lire ?
Pouvez-vous définir pourquoi ?
Pouvez-vous résumer le roman en quelques lignes (10 au maximum) ?
Observations diverses

La première section n’est pas remplie par les lectrices, qui ont visiblement reçu l’instruction de la laisser de côté : elle correspond au calibrage du texte, nécessaire pour que l’éditeur puisse calculer combien de livraisons il peut tirer d’un roman, de quel volume elles doivent-être, et à quelle périodicité elles paraîtront, etc.
La suite du questionnaire est, en revanche, totalement remplie, et très instructive sur le but poursuivi par Rouff en proposant ces questions à des lectrices-test.

Les questions sur le genre littéraire, par exemple, permettent de classer le roman dans une catégorie, mais sans se limiter à des considérations purement générique (en dosant des composantes-types : y a-t-il de l’amour, de l’aventure, etc) : Rouff est ici à la recherche d’un effet « auteur-genre[4]« . En lui permettant de rattacher le roman à éditer à un auteur connu, dont le succès permet de capitaliser sur son seul nom, il table sur la logique du lecteur sériel, qui va chercher à travers ses nouvelles lectures un plaisir de renouvellement et d’identification.
C’est exactement la même logique qui est à l’oeuvre dans la section « Personnages », où sont proposés à l’identification des personnages célèbres, populaires, emblématiques, et ce indépendamment du genre romanesque auquel ils appartiennent.
Et de fait, les lectrices jouent le jeu de cette identification à un auteur-genre et à un personnage archétypal, montrant par là même qu’elles ont elles aussi intégré ces logiques de lecture. La Grande Empoisonneuse de Kock est ainsi comparé à du Dumas père, L’Hôtel de Niorres de Capendu est successivement rattaché à Richebourg, Ponson et Féval. Les raisons de ces rapprochements ne sont hélas pas expliqués par les lectrices ; si certains sont aisés à comprendre (le roman de Kock se déroule à l’époque de Catherine de Médicis, par exemple), il aurait été intéressant de savoir quels raisonnements étaient en jeu.

De la même façon, il y aurait beaucoup à dire sur les considérations morales qui transparaissent dans ce questionnaire : qu’il s’agisse de la morale générale du roman, de la présence de passages osés (« pornographiques »), mais aussi de la question de l’identification des personnages, il est clair que Rouff dessine, à travers ses questions, une conception bien précise de son public. Un public qu’il ne faut pas choquer, et qui possède une morale bien définie, appuyée sur des critères clairs.
Un public qu’il ne faut pas non plus embrouiller, d’où l’importance des questions sur la clarté du style, la netteté des personnages et de leur positionnement moral… bref, un public populaire considéré comme plutôt enfantin et démuni intellectuellement – un cliché courant à l’époque, et auquel Rouff répond tout à fait[5].
Un public, enfin, qu’il ne faut pas laisser se lasser : les nombreuses questions sur la présence de descriptions, le suspens, et le rythme du roman, sont évidemment destinées à mesurer son potentiel succès auprès d’un public dévorant, amateur de péripéties en cascade et de rapidité dans l’écriture.

J’aurai l’occasion de revenir plus en détail, dans ma thèse, sur les implications de ces choix de questions, et sur la façon dont la constitution de telles fiches de lecture peut nous aider à comprendre de la production de la littérature sérielle et populaire… En attendant, pour la petite histoire, L’Hôtel de Niorres a bel et bien été republié par Rouff en 1909 (en livraisons à 5 centimes, à raison de 4 livraisons par semaine). De La Grande Empoisonneuse, en revanche, il n’y a pas de trace d’une réédition.

Notes :
[1] BnF, fonds Jules Rouff, département des Archives et Manuscrits, cote NAF 28111.
[2] Elles ont été étudiées par Sylvie Belnard-Chaudat à l’occasion de sa thèse sur les éditions Rouff, soutenue en 2013. S. Belnard-Chaudat s’est concentrée principalement sur les 7 boîtes de documents divers que je n’ai, de mon côté, pas dépouillées, pour lire systématiquement les dossiers de correspondance.
Voir Sylvie Belnard-Chaudat, Les éditions Jules Rouff et la naissance de la culture de masse en France (1877-1913), thèse de doctorat, sous la dir. de J-Y Mollier, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, soutenue en 2013, 2 vol.
[3] Voir Jean-Yves Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, Fayard, 1988, 552 pp., pp. 420 à 434.
C’est le cas notamment de l’homme de lettres Henry Rabusson pour Calmann-Lévy.
[4] Notion théorisée par Luca di Gregorio, dont une conférence sur le sujet est disponible à cette adresse.
[5] Dans son interview par Paul Alexis, dans le cadre de son enquête sur la librairie de 1891, Rouff explique ainsi que son public populaire est moral (« la pornographie n’a aucune prise sur lui »), aime les happy ends où, à défaut d’une fin heureuse, les bons sentiments dominent (« il veut des dénouements heureux ou, à tout le moins, attendris et consolants »). Et ce public n’est pas éduqué littérairement, et Rouff se montre sceptique quant à la possibilité d’une telle éducation : « Son éducation littéraire pourrait être tentée : mais je n’ai pas encore vu poindre l’éducateur ».
Le Figaro, n° du 16 décembre 1891, p. 3.

Cite this article as: Luce Roudier, "[Petite Trouvaille #2] Les fiches d’évaluation de Rouff," in Manuscrits du populaire, 10/09/2019, https://mdpop.hypotheses.org/58.

[Petite Trouvaille #1] Les photographies de comédiens de Charles Mérouvel

Pour la première petite trouvaille que je partage sur ce carnet, je voulais raconter une histoire que je trouve savoureuse, et sur laquelle je suis tombée cet été, au cours de ma lecture extensive de la revue Désiré.

De son nom complet Désiré, Bulletin bimestriel d’étude des illustrés, fascicules et livres populaires et d’information et de liaison des collectionneurs, puis plus tard Désiré, l’ami de la littérature populaire, cette revue paraît en deux séries, entre 1965 et 1981. Elle est dirigée par Jean Leclerq, et paraît plusieurs fois par an sous la forme de feuilles tapées à la machine et agrafées entre elles par le coin supérieur gauche.
Chaque numéro contient, en proportion variable, des études monographiques consacrées à un auteur, un éditeur ou une série, mais aussi des récits de souvenirs, des témoignages, et un courrier de collectionneurs.

La première page d’un numéro de Désiré.
©BnF

Dans un article publié en décembre 1969 dans le n° 25 de Désiré, Maurice Dubourg consacre plusieurs pages à Charles Mérouvel (1832-1920), auteur à succès de la génération de Jules Mary et Xavier de Montépin, et comme eux spécialisé dans les « romans de la victime », romans consacrés au récit des mésaventures en cascade de personnages féminins. Son roman le plus célèbre, Chaste et flétrie, paraît en 1888 dans Le Petit Parisien, et inaugure 15 ans plus tard la collection à 65 centimes du « Livre Populaire » lancé par Arthème Fayard en 1905.

Affiche du Petit Parisien pour la parution de Chaste et Flétrie.
©Gallica

L’article de M. Dubourg est en majeure partie nourri par le témoignage et la documentation de la petite-fille de Mérouvel, Mme Jeanne Mouchel, qu’il a pu rencontrer. Celle-ci fournit quelques indications sur la façon de travailler de son grand-père :

« Il commençait à écrire très tôt le matin et souvent travaillait tard dans la nuit. Il se servait de porte-plumes en liège et de plumes d’oie comme Paul Léautaud. Son écriture, très personnelle, était assez difficile à déchiffrer. » (p. 728)

Parmi ces informations, l’une d’elles surtout m’a arrêtée : Mérouvel, pour ne pas se perdre dans les intrigues complexes de ses romans, utilisait des photographies de comédiens pour symboliser ses différents personnages.

« Est-ce le théâtre qui lui avait inspiré une manière bien à lui de s’y reconnaître avec les nombreux personnages de ses romans ? Lorsqu’il composait un de ces feuilletons qui passionnaient un nombreux public surtout féminin, Mérouvel achetait un lot de belles photographies d’artistes de théâtre et il choisissait parmi elles ses personnages. Derrière chaque portrait il inscrivait quelques indications : l’état civil du personnage, son signalement et quelques particularités sur le rôle qu’il avait à jouer dans l’intrigue. » (p. 728)

Ces photographies, qu’il renouvelle donc à chaque roman, servent à la fois de support pour la description physique des personnages, de pense-bête pour leurs particularités (état civil, rôle, etc), et fonctionnent également comme repère pour leurs rapports et leurs évolutions, notamment leur mort et donc leur disparition de l’intrigue.
M. Dubourg raconte avoir pu consulter « toute une série de ces portraits », conservés par Mme Mouchel, mais n’en détaille, à mon extrême frustration, pas grand-chose. On apprendra seulement que la petite-fille de l’écrivain lui offre une de ces photographies, au dos de laquelle on peut lire la note suivante :

« Une nuit de noces, Yvonne Rebu, 18 ans, châtain foncé, yeux noirs, teint blanc… une demoiselle élevée à Rennes ! » (p. 728)

Comment ne pas penser immédiatement, devant cet usage de photographies de comédiens, à la fameuse et légendaire « armoire aux personnages » de Ponson du Terrail ? Réputé pour ses romans extrêmement alambiqués autant que pour son rythme d’écriture rapide (200 romans en 20 ans, soit 10 romans par an), Ponson aurait eu chez lui des marionnettes, plus tard transformées, dans certaines versions de la légende, en figurines ou en poupées. Dotées de caractéristiques physiques précises, de costumes, celles-ci lui servaient de repère pour ses intrigues. Lorsqu’un personnage mourait, Ponson le plaçait dans l’armoire, afin de ne plus le faire revenir dans son récit. C’est ainsi qu’est née l’anecdote selon laquelle, ayant un jour oublié de placer une marionnette dans l’armoire, il aurait fait revenir dans un roman un personnage déjà mort.

Il est difficile de savoir si cette armoire et cette collection de marionnettes a réellement existé, même si certaines sources laissent penser que Ponson avait en effet un système de ce genre. (Je pourrai revenir sur ce sujet à l’occasion, et en profiter pour aborder la question du rapport entre archives perdues et legenda d’auteur…)

Quoi qu’il en soit pour le cas de Ponson, on a ici la preuve par l’archive que Mérouvel avait mis au point un procédé semblable, destiné à incarner les personnages d’une intrigue très complexe, et manipulée dans un délai assez bref pour que l’auteur lui-même ait peur de ne pas s’y retrouver. D’autant qu’à ses débuts, Mérouvel, qui avait commencé comme beaucoup par écrire pour le théâtre, écrit des romans assez simples, composés comme une pièce de théâtre en 3 actes, avant de multiplier, par-dessus ce canevas de départ, les péripéties et intrigues secondaires.

Il y a cependant quelques différences notables entre les photos de Mérouvel et les marionnettes de Ponson. En effet, Mérouvel semble s’inspirer du physique des comédiens pour décrire ses personnages, et choisir ses cartes en fonction. Les marionnettes de Ponson, de leur côté, sont grimées et vêtues en fonction du personnage qu’elles doivent représenter. Les photos servent aussi à Mérouvel de support d’écriture et de pense-bête, véritable fiche pour chaque personnage, pouvant évoluer au cours de l’écriture ; et à ce titre elles sont une source bien plus précieuse et bien plus susceptible de renseigner le chercheur sur des procédés d’écriture que des marionnettes.

Reste donc se mettre à la recherche de ces photographies, qui ont peut-être survécu chez les descendants de Charles Mérouvel… à suivre ?

Bibliographie : Maurice Dubourg, « Charles Mérouvel », in Désiré, Bulletin bimestriel d’étude des illustrés, fascicules et livres populaires et d’information et de liaison des collectionneurs, n° 25, 1969, pp. 723 à 730.

Cite this article as: Luce Roudier, "[Petite Trouvaille #1] Les photographies de comédiens de Charles Mérouvel," in Manuscrits du populaire, 25/07/2019, https://mdpop.hypotheses.org/33.