[Petite Trouvaille #1] Les photographies de comédiens de Charles Mérouvel

Pour la première petite trouvaille que je partage sur ce carnet, je voulais raconter une histoire que je trouve savoureuse, et sur laquelle je suis tombée cet été, au cours de ma lecture extensive de la revue Désiré.

De son nom complet Désiré, Bulletin bimestriel d’étude des illustrés, fascicules et livres populaires et d’information et de liaison des collectionneurs, puis plus tard Désiré, l’ami de la littérature populaire, cette revue paraît en deux séries, entre 1965 et 1981. Elle est dirigée par Jean Leclerq, et paraît plusieurs fois par an sous la forme de feuilles tapées à la machine et agrafées entre elles par le coin supérieur gauche.
Chaque numéro contient, en proportion variable, des études monographiques consacrées à un auteur, un éditeur ou une série, mais aussi des récits de souvenirs, des témoignages, et un courrier de collectionneurs.

La première page d’un numéro de Désiré.
©BnF

Dans un article publié en décembre 1969 dans le n° 25 de Désiré, Maurice Dubourg consacre plusieurs pages à Charles Mérouvel (1832-1920), auteur à succès de la génération de Jules Mary et Xavier de Montépin, et comme eux spécialisé dans les “romans de la victime”, romans consacrés au récit des mésaventures en cascade de personnages féminins. Son roman le plus célèbre, Chaste et flétrie, paraît en 1888 dans Le Petit Parisien, et inaugure 15 ans plus tard la collection à 65 centimes du “Livre Populaire” lancé par Arthème Fayard en 1905.

Affiche du Petit Parisien pour la parution de Chaste et Flétrie.
©Gallica

L’article de M. Dubourg est en majeure partie nourri par le témoignage et la documentation de la petite-fille de Mérouvel, Mme Jeanne Mouchel, qu’il a pu rencontrer. Celle-ci fournit quelques indications sur la façon de travailler de son grand-père :

« Il commençait à écrire très tôt le matin et souvent travaillait tard dans la nuit. Il se servait de porte-plumes en liège et de plumes d’oie comme Paul Léautaud. Son écriture, très personnelle, était assez difficile à déchiffrer. » (p. 728)

Parmi ces informations, l’une d’elles surtout m’a arrêtée : Mérouvel, pour ne pas se perdre dans les intrigues complexes de ses romans, utilisait des photographies de comédiens pour symboliser ses différents personnages.

« Est-ce le théâtre qui lui avait inspiré une manière bien à lui de s’y reconnaître avec les nombreux personnages de ses romans ? Lorsqu’il composait un de ces feuilletons qui passionnaient un nombreux public surtout féminin, Mérouvel achetait un lot de belles photographies d’artistes de théâtre et il choisissait parmi elles ses personnages. Derrière chaque portrait il inscrivait quelques indications : l’état civil du personnage, son signalement et quelques particularités sur le rôle qu’il avait à jouer dans l’intrigue. » (p. 728)

Ces photographies, qu’il renouvelle donc à chaque roman, servent à la fois de support pour la description physique des personnages, de pense-bête pour leurs particularités (état civil, rôle, etc), et fonctionnent également comme repère pour leurs rapports et leurs évolutions, notamment leur mort et donc leur disparition de l’intrigue.
M. Dubourg raconte avoir pu consulter “toute une série de ces portraits”, conservés par Mme Mouchel, mais n’en détaille, à mon extrême frustration, pas grand-chose. On apprendra seulement que la petite-fille de l’écrivain lui offre une de ces photographies, au dos de laquelle on peut lire la note suivante :

« Une nuit de noces, Yvonne Rebu, 18 ans, châtain foncé, yeux noirs, teint blanc… une demoiselle élevée à Rennes ! » (p. 728)

Comment ne pas penser immédiatement, devant cet usage de photographies de comédiens, à la fameuse et légendaire “armoire aux personnages” de Ponson du Terrail ? Réputé pour ses romans extrêmement alambiqués autant que pour son rythme d’écriture rapide (200 romans en 20 ans, soit 10 romans par an), Ponson aurait eu chez lui des marionnettes, plus tard transformées, dans certaines versions de la légende, en figurines ou en poupées. Dotées de caractéristiques physiques précises, de costumes, celles-ci lui servaient de repère pour ses intrigues. Lorsqu’un personnage mourait, Ponson le plaçait dans l’armoire, afin de ne plus le faire revenir dans son récit. C’est ainsi qu’est née l’anecdote selon laquelle, ayant un jour oublié de placer une marionnette dans l’armoire, il aurait fait revenir dans un roman un personnage déjà mort.

Il est difficile de savoir si cette armoire et cette collection de marionnettes a réellement existé, même si certaines sources laissent penser que Ponson avait en effet un système de ce genre. (Je pourrai revenir sur ce sujet à l’occasion, et en profiter pour aborder la question du rapport entre archives perdues et legenda d’auteur…)

Quoi qu’il en soit pour le cas de Ponson, on a ici la preuve par l’archive que Mérouvel avait mis au point un procédé semblable, destiné à incarner les personnages d’une intrigue très complexe, et manipulée dans un délai assez bref pour que l’auteur lui-même ait peur de ne pas s’y retrouver. D’autant qu’à ses débuts, Mérouvel, qui avait commencé comme beaucoup par écrire pour le théâtre, écrit des romans assez simples, composés comme une pièce de théâtre en 3 actes, avant de multiplier, par-dessus ce canevas de départ, les péripéties et intrigues secondaires.

Il y a cependant quelques différences notables entre les photos de Mérouvel et les marionnettes de Ponson. En effet, Mérouvel semble s’inspirer du physique des comédiens pour décrire ses personnages, et choisir ses cartes en fonction. Les marionnettes de Ponson, de leur côté, sont grimées et vêtues en fonction du personnage qu’elles doivent représenter. Les photos servent aussi à Mérouvel de support d’écriture et de pense-bête, véritable fiche pour chaque personnage, pouvant évoluer au cours de l’écriture ; et à ce titre elles sont une source bien plus précieuse et bien plus susceptible de renseigner le chercheur sur des procédés d’écriture que des marionnettes.

Reste donc se mettre à la recherche de ces photographies, qui ont peut-être survécu chez les descendants de Charles Mérouvel… à suivre ?

Bibliographie : Maurice Dubourg, « Charles Mérouvel », in Désiré, Bulletin bimestriel d’étude des illustrés, fascicules et livres populaires et d’information et de liaison des collectionneurs, n° 25, 1969, pp. 723 à 730.

Cite this article as: Luce Roudier, "[Petite Trouvaille #1] Les photographies de comédiens de Charles Mérouvel," in Manuscrits du populaire, 25/07/2019, https://mdpop.hypotheses.org/33.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.