[Petite Trouvaille #2] Les fiches d’évaluation de Rouff

Les archives de la maison d’édition Jules Rouff (active de 1873 à 1982) sont aujourd’hui conservées à la BnF[1]. Composées de 16 “boîtes” d’archives (cette unité qui ne correspond pas à une boîte physique et peut recouvrir plusieurs cartons d’archives), elles concernent, pour 9 d’entre elles, la correspondance, et pour les 7 autres des dossiers divers (comptables, actes, baux, journaux…)[2]. Ce sont ces 9 boîtes que j’ai eu l’occasion de dépouiller en détail lors de ma recherche de corpus. Elles sont composées de documents classés par ordre alphabétique de personnes – pour la plupart des auteurs travaillant avec Rouff, quelques autres éditeurs, avocats et autres.

Dans chacun de ces dossiers nominaux, on trouve des documents assez divers : dans la plupart se retrouvent des contrats d’édition, leurs copies, et différents documents liés aux publications concernées par les contrats, ainsi qu’une correspondance plus ou moins abondante selon les cas. Tous ces documents, lorsqu’on les lit attentivement et qu’on les recoupe, donnent une assez bonne idée du fonctionnement de la maison Rouff, des relations entretenues entre l’éditeur et ses auteurs, des différentes postures auctoriales (écrivain attaché à la maison ou non, célèbre ou débutant, homme ou femme, etc). Je ne m’attarderai pas plus précisément ici sur cette vue d’ensemble, pour me concentrer sur un document précis, dont il existe 2 exemplaires dans le fonds de la BnF : les fiches d’évaluation.

• Fiche n°1 : datée de 1907, 4 pages dactylographiées, à propos de L’Hôtel de Niorres d’Ernest Capendu, complétée par Mme Humblot ;
• Fiche n°2 : datée de 1910, 3 pages à l’encre rouge, à propos de La Grande Empoisonneuse de Henry de Kock, complétée par Mme Lazary.

Ces deux fiches ont été consciencieusement remplies par les deux lectrices-test, et concernent toutes les deux des romans déjà publiés auparavant par des éditeurs rachetés depuis par Rouff (en 1893 chez Charlieu et Huillery pour Capendu, en 1872 chez Benoist pour de Kock). Il ne s’agit donc pas ici d’évaluer le potentiel succès d’une nouveauté, mais de juger de la capacité de “vieux” romans à plaire au goût du jour, et à fournir la matière d’une réédition en livraisons pour alimenter les collections de Rouff.

Alors certes, des fiches d’évaluation, ce n’est pas révolutionnaire en soi : de nombreux éditeurs en conçoivent et s’en servent comme outil de conception de leur catalogue. A l’époque de ces deux fiches Rouff, les grandes maisons d’édition employaient les services de lecteurs professionnels, rémunérés pour éclairer les choix d’édition[3] – ce qui suppose bien, en passant, une organisation rationnelle de l’entreprise d’édition. Et c’est justement sur ce point précis que les fiches de Rouff sont intéressantes : non par leur simple existence, mais pour les questions qui y sont inscrites, et qui sont le reflet de problématiques précises, liées au statut des oeuvres sérielles et populaires publiées par Rouff (qui revendiquait dès ses débuts son statut d’éditeur populaire).

Les deux fiches, absolument identiques, sont constituées de 5 sections (forme, style, genre, personnages, avis) rassemblant au total 37 questions. En voici la transcription de certaines questions :

Titre
Auteur
Adresse
Résumé par… le…

[Forme]
Nombre de lignes d’une page (moyenne de 10)
Nombre de pages
Nombre de mots d’une ligne (moyenne de 10)
Nombre total de mots
Nombre de lignes normales

[Style]
Est-il correct, clair, concis, élégant, simple, prétentieux, quelconque (biffer les mots ne convenant pas, souligner les autres, en ajouter s’il y a lieu) ?
L’orthographe est-elle correcte ?

[Genre]
Le roman est-il d’un genre analogue à un roman connu ou du genre d’un auteur connu (Dumas, Richebourg, Sue, Daudet, Jules Verne, Ponson du Terrail etc) ?
Y a-t-il de l’amour ?
Des aventures guerrières ?
Des voyages ?
Y a-t-il de la psychologie ?
Des adultères ?
De la pornographie ?
Le roman est-il moral ?
La vertu y est-elle récompensée et le crime puni ?
Au cours du récit ou seulement à la fin ?
Y a-t-il de l’érudition géographique, historique ou autre ?
Dans ce cas semble-t-elle réelle ou fictive ?
Y a-t-il beaucoup de descriptions ?
Desquelles, paysages, villes, intérieurs ?
Y a-t-il beaucoup d’action, des événements peu fréquents ou continuels ? Les mêmes événements se renouvellent-ils ?
L’intérêt est-il ménagé ?

[Personnages]
L’auteur décrit-il ses personnages chaque fois qu’il en introduit un nouveau ? Peut-on se les représenter ?
Cette description est-elle physique ou morale ? ou physique et morale ?
Les personnages ont-ils chacun un caractère bien défini, ou ne sont-ce que des individus auxquels on a donné un nom pour les distinguer entre eux sans qu’il y ait aucune unité dans la description de chaque personnalité ?
Y a-t-il beaucoup de femmes ?
Des enfants ?
Des animaux jouant un rôle ou auxquels le lecteur soit conduit à s’intéresser ?
Les personnages sont-ils sympathiques dans leur ensemble, ou les uns sympathiques, les autres antipathiques ?
Y a-t-il un personnage très marquant ?
De quelle nature ? Beau, laid, gai, comique, courageau, entreprenant, ignoble, etc ? (Quasimodo, Gavroche, d’Artagnan, Henri IV, Rodin)

[Avis]
Ce roman vous a-t-il plu à lire ?
Pouvez-vous définir pourquoi ?
Pouvez-vous résumer le roman en quelques lignes (10 au maximum) ?
Observations diverses

La première section n’est pas remplie par les lectrices, qui ont visiblement reçu l’instruction de la laisser de côté : elle correspond au calibrage du texte, nécessaire pour que l’éditeur puisse calculer combien de livraisons il peut tirer d’un roman, de quel volume elles doivent-être, et à quelle périodicité elles paraîtront, etc.
La suite du questionnaire est, en revanche, totalement remplie, et très instructive sur le but poursuivi par Rouff en proposant ces questions à des lectrices-test.

Les questions sur le genre littéraire, par exemple, permettent de classer le roman dans une catégorie, mais sans se limiter à des considérations purement générique (en dosant des composantes-types : y a-t-il de l’amour, de l’aventure, etc) : Rouff est ici à la recherche d’un effet “auteur-genre[4]“. En lui permettant de rattacher le roman à éditer à un auteur connu, dont le succès permet de capitaliser sur son seul nom, il table sur la logique du lecteur sériel, qui va chercher à travers ses nouvelles lectures un plaisir de renouvellement et d’identification.
C’est exactement la même logique qui est à l’oeuvre dans la section “Personnages”, où sont proposés à l’identification des personnages célèbres, populaires, emblématiques, et ce indépendamment du genre romanesque auquel ils appartiennent.
Et de fait, les lectrices jouent le jeu de cette identification à un auteur-genre et à un personnage archétypal, montrant par là même qu’elles ont elles aussi intégré ces logiques de lecture. La Grande Empoisonneuse de Kock est ainsi comparé à du Dumas père, L’Hôtel de Niorres de Capendu est successivement rattaché à Richebourg, Ponson et Féval. Les raisons de ces rapprochements ne sont hélas pas expliqués par les lectrices ; si certains sont aisés à comprendre (le roman de Kock se déroule à l’époque de Catherine de Médicis, par exemple), il aurait été intéressant de savoir quels raisonnements étaient en jeu.

De la même façon, il y aurait beaucoup à dire sur les considérations morales qui transparaissent dans ce questionnaire : qu’il s’agisse de la morale générale du roman, de la présence de passages osés (“pornographiques”), mais aussi de la question de l’identification des personnages, il est clair que Rouff dessine, à travers ses questions, une conception bien précise de son public. Un public qu’il ne faut pas choquer, et qui possède une morale bien définie, appuyée sur des critères clairs.
Un public qu’il ne faut pas non plus embrouiller, d’où l’importance des questions sur la clarté du style, la netteté des personnages et de leur positionnement moral… bref, un public populaire considéré comme plutôt enfantin et démuni intellectuellement – un cliché courant à l’époque, et auquel Rouff répond tout à fait[5].
Un public, enfin, qu’il ne faut pas laisser se lasser : les nombreuses questions sur la présence de descriptions, le suspens, et le rythme du roman, sont évidemment destinées à mesurer son potentiel succès auprès d’un public dévorant, amateur de péripéties en cascade et de rapidité dans l’écriture.

J’aurai l’occasion de revenir plus en détail, dans ma thèse, sur les implications de ces choix de questions, et sur la façon dont la constitution de telles fiches de lecture peut nous aider à comprendre de la production de la littérature sérielle et populaire… En attendant, pour la petite histoire, L’Hôtel de Niorres a bel et bien été republié par Rouff en 1909 (en livraisons à 5 centimes, à raison de 4 livraisons par semaine). De La Grande Empoisonneuse, en revanche, il n’y a pas de trace d’une réédition.

Notes :
[1] BnF, fonds Jules Rouff, département des Archives et Manuscrits, cote NAF 28111.
[2] Elles ont été étudiées par Sylvie Belnard-Chaudat à l’occasion de sa thèse sur les éditions Rouff, soutenue en 2013. S. Belnard-Chaudat s’est concentrée principalement sur les 7 boîtes de documents divers que je n’ai, de mon côté, pas dépouillées, pour lire systématiquement les dossiers de correspondance.
Voir Sylvie Belnard-Chaudat, Les éditions Jules Rouff et la naissance de la culture de masse en France (1877-1913), thèse de doctorat, sous la dir. de J-Y Mollier, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, soutenue en 2013, 2 vol.
[3] Voir Jean-Yves Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Paris, Fayard, 1988, 552 pp., pp. 420 à 434.
C’est le cas notamment de l’homme de lettres Henry Rabusson pour Calmann-Lévy.
[4] Notion théorisée par Luca di Gregorio, dont une conférence sur le sujet est disponible à cette adresse.
[5] Dans son interview par Paul Alexis, dans le cadre de son enquête sur la librairie de 1891, Rouff explique ainsi que son public populaire est moral (“la pornographie n’a aucune prise sur lui”), aime les happy ends où, à défaut d’une fin heureuse, les bons sentiments dominent (“il veut des dénouements heureux ou, à tout le moins, attendris et consolants”). Et ce public n’est pas éduqué littérairement, et Rouff se montre sceptique quant à la possibilité d’une telle éducation : “Son éducation littéraire pourrait être tentée : mais je n’ai pas encore vu poindre l’éducateur”.
Le Figaro, n° du 16 décembre 1891, p. 3.

Cite this article as: Luce Roudier, "[Petite Trouvaille #2] Les fiches d’évaluation de Rouff," in Manuscrits du populaire, 10/09/2019, https://mdpop.hypotheses.org/58.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.